home
page d'accueilHome
Théâtre Académie Studio EspaceCinéma et Hall d’Exposition
webEdition Default-Template   Accueil Théâtre
webEdition Default-Template   À l’affiche
  Saison actuelle
  Saisons passées
  Billets
  Programmes publics
  À propos du Théâtre
  Stages
  Bénévoles
  Espaces publicitaires
  Commanditaires
  Communiqués

 Pour s'y rendre  À propos du Centre  Contactez-nous

Communiqué

Le Centre Segal des arts de la scène annonce sa saison 2008-09 de théâtre de première classe
Avril 2008

Téléchargez le bon de commande ici (en anglais)    


Cochez ici pour voir le brochure d'abonnement de la saison 2008-09 (en anglais)    

Cette emballante saison comprend le dernier volet
de la trilogie de Tennessee Williams
Une nouvelle structure de prix a été mise en place pour
attirer des abonnés de moins de 30 ans

Montréal, avril 2008 - Sensualité, séduction et romance sont au cœur de la saison 2008 2009 de théâtre de première classe du Centre Segal, a annoncé fièrement aujourd’hui la directrice artistique Bryna Wasserman. « Nous sommes heureux d’avoir pu offrir un théâtre de si haut calibre à Montréal au fil des ans », a affirmé Mme Wasserman. « Notre théâtre est un lieu où les artistes peuvent interpréter et réinterpréter les classiques pour le public contemporain », a-t-elle poursuivi. « Par le passé, nous avons présenté des pièces de dramaturges comme Ibsen, Wilde et Shakespeare. Et cette année, nous sommes fiers de présenter des œuvres de Tennessee Williams, Sam Shepard et Christopher Hampton, interprétées par les meilleurs artistes de Montréal et du pays. »

La saison commence en septembre, avec une production mise en scène par Alexandre Marine réunissant une distribution de 14 artistes dans Dangerous Liaisons, une adaptation de Christopher Hampton du roman français sur le désir, les tromperies et la romance écrit par Choderlos De Laclos en 1782. La marquise de Merteuil et le vicomte de Valmont sont une paire d’intrigants (et d’anciens amants) qui prennent plaisir à manipuler froidement et à séduire ceux qui les entourent. La marquise met le vicomte au défi de séduire la vertueuse Madame de Tourvel mais, quand ce dernier s’éprend d’un amour bien réel pour sa proie, le jeu devient rapidement fatal et ses conséquences sont dévastatrices pour toutes les personnes impliquées.

« La plus récente production de Sasha au Segal, Amadeus, qui a remporté le Prix de la Critique, a connu un succès inégalé et mis en lumière sa créativité unique pour la mise en scène de pièces historiques de grande échelle », a affirmé Mme Wasserman. « Dangerous Liaisons offrira aux publics la chance de voir à nouveau le talent de Sasha comme metteur en scène. »

En octobre, Greg Kramer mettra en scène Cat on a Hot Tin Roof, histoire iconique de passion et de froideur dans la chaleur d’une nuit du Sud américain, dans les années 1950. « Un des aspects clés du mandat de notre théâtre consiste à produire des classiques dont la thématique demeure d’actualité pour les publics d’aujourd’hui », a ajouté Mme Wasserman. « De Tennessee Williams jusqu’à Arthur Miller, il est essentiel que les publics d’aujourd’hui et ceux que nous cultivons pour l’avenir soient exposés aux plus éminents dramaturges du théâtre. »

Cette production marque le troisième chapitre de l’initiative du Segal en vue de produire les chefs-d’œuvre de Tennessee Williams, projet qui a commencé avec A Streetcar Named Desire, première coproduction historique avec la Soulpepper Theatre Company, et qui s’est poursuivi avec la production primée de The Glass Menagerie de Chris Abraham.

Dans cette histoire, Brick, ancien athlète vedette maintenant accablé d’un problème de boisson, refuse les avances et l’affection de la splendide et calculatrice Maggie, car il la blâme pour le suicide de son meilleur ami, en plus d’être aigri à cause de son père, qui ne semble avoir d’amour ni pour lui, ni pour personne. Maggie, grâce à son esprit vif et à sa beauté, a échappé à une enfance marquée par la pauvreté, mais elle est malheureuse dans un mariage peu satisfaisant avec Brick. Tout au long des chamailleries et des querelles, « Big Mama » essaie désespérément de s’accrocher au moindre moment de bonheur et lambeau de dignité que la famille possède encore. Mais une tempête de confrontations s’annonce, et elle est impuissante pour l’arrêter.

La deuxième moitié de la saison 2008-2009 débutera en février avec la mise en scène par Peter Hinton, directeur du Centre national des Arts, du drame de Sam Shepard lauréat d’un prix Pulitzer, Buried Child. Se déroulant dans une ferme délabrée dans le Midwest américain, Buried Child est centrée sur le retour à la maison inattendu d’un petit-fils dont personne n’avait de nouvelles depuis bien longtemps. Vincent amène sa petite amie pour la présenter à sa famille. Le seul problème : derrière l’apparence bien rangée à la Norman Rockwell de la ferme de ses grands-parents se cache la désintégration de la famille qui y habite, et le terrible secret qu’elle cache. Considérée comme l’œuvre de l’un des meilleurs dramaturges américains à l’heure actuelle, Buried Child est la pièce qui a rendu Sam Shepard célèbre, et son histoire, un commentaire à l’humour acerbe sur la famille américaine dysfonctionnelle, demeure toujours aussi poignante dans notre monde actuel.

En mars, Diana Leblanc, qui a mis en scène des pièces pour le Théâtre Segal comme la production primée Rose (mettant en vedette Martha Henry), Fallen Angels et A Streetcar Named Desire, revient au Segal pour mettre en scène le thriller psychologique de Karoline Leach intitulé Tryst, qui porte sur une couturière peu jolie confinée à l’arrière-boutique d’une chapellerie victorienne à Londres. Aux prises avec une vie domestique accablante, sans possibilités d’avancement à la boutique et n’ayant pratiquement aucun espoir d’échapper à cette vie grâce à un mariage, Adelaide Pinchon n’a pas d’options. George Love est beau parleur, et bel homme. Il s’est affairé à épouser des femmes désespérées, volant leurs maigres possessions et les abandonnant après avoir consommé le mariage. « Il s’agit d’un mystère hautement divertissant où les opposés s’attirent, et où de nombreux rebondissements s’ensuivent », a fièrement annoncé Mme Wasserman. « Cette pièce est l’une des plus captivantes que vous aurez l’occasion de voir. »

Le volet de langue anglaise de la saison sera couronné en avril par une production mise en scène par Stephen Schipper, directeur artistique du Manitoba Theatre Centre, qui a récemment mis en scène la production du Segal primée de Cabaret. Voyez la comédie attachante et touchante de Joe Dipietro intitulée Over the River and Through the Woods. L’amour de la famille est le thème central de cette comédie. La pièce nous présente une histoire sentimentale et charmante. Nick, jeune directeur du marketing consciencieux, va visiter ses grands-parents pour leur apprendre une nouvelle emballante : il va déménager. Il s’ensuit un dialogue tragicomique familier entre les générations transcendant l’ethnicité et le contexte culturel. M. Schipper a précisé : « Dipietro veut savoir pourquoi chaque génération se sacrifie pour la suivante; pourquoi aucune génération future ne peut vraiment apprécier ces sacrifices à leur juste valeur; et comment les deux générations peuvent trouver un équilibre entre le fait de s’accrocher à ce qu’elles aiment, et laisser les choses suivre leur cours. »

Célébration de 50 années de théâtre yiddish à Montréal

« Ma mère a fondé un théâtre yiddish à Montréal il y a 50 ans cette année, et un festival est une occasion idéale pour célébrer cet événement historique », a déclaré Mme Wasserman, émue, quand elle annoncé qu’en juin 2009, le Centre Segal organisera le tout premier festival international de théâtre yiddish. « Nous invitons les derniers théâtres yiddish qui existent encore dans le monde à venir à Montréal au printemps prochain pour présenter un vaste éventail de productions qui, nous l’espérons, seront inoubliables », a-t-elle conclu, ajoutant que le Théâtre Yiddish Dora Wasserman lui-même présentera une version yiddish de Pirates of Penzance de Gilbert et Sullivan.

Le Studio

Parmi les nouveaux points d’intérêt du Centre Segal des arts de la scène figure le Studio, salle de spectacles multidisciplinaire comptant 177 places à la disposition souple. La saison passée, le Studio est devenu l’institution hôte de la nouvelle compagnie en résidence du Centre Segal, Sidemart Theatrical Grocery, qui présentera deux productions la saison prochaine. De plus, le Studio accueillera également des productions par les groupes montréalais Black Theatre Workshop et The Other Theatre, ainsi que de nombreux autres événements et productions présentés par divers groupes communautaires et sociétés.

Cultiver les publics de demain

« Au cours des dernières années, nous avons eu la chance de connaître une croissance dans divers domaines », a ajouté Mme Wasserman. « Cependant, nous tous dans ce secteur savons bien que ce qui est le plus important, c’est le fait de bâtir et de cultiver de nouveaux publics. »

À cette fin, le Centre Segal a créé un nouveau forfait d’abonnement emballant pour les personnes de moins de 30 ans. « Le coût maximal que paiera une personne de moins de 30 ans pour une saison complète de théâtre au Segal est moindre que le prix d’une paire de billets pour un concert ou de bons billets pour un match de hockey au Centre Bell », a souligné Mme Wasserman. « Il s’agit de l’un des moyens par lesquels nous cherchons à faire en sorte que la culture soit accessible à tous. Nous espérons que de nombreuses personnes profiteront de cette offre : étudiants à temps plein au cégep et à l’université, jeunes professionnels qui débutent tout juste dans leur carrière, etc. »

L’interaction avec le public est la clé de la réussite des activités Dimanche au Segal et Parole au public

Comme d’habitude, les conférences très courues Dimanche au Segal du Centre, présentées par CBC Radio One, donneront de nouveau aux publics la chance d’avoir un aperçu de ce qui que passe dans les coulisses dans le cadre des prochaines productions. En outre, les soirées Parole au public présentées par Pratt et Whitney continueront de permettre aux spectateurs de faire l’expérience de discussions intimistes avec les acteurs et les concepteurs artistiques qui donnent vie aux productions sur la scène.

* * *

« Comme en atteste cette année inaugurale au Centre Segal, nous sommes d’avis que nous accomplissons des progrès marquants pour assurer un avenir durable à notre communauté des arts de la scène à Montréal », a conclu Mme Wasserman. « Nous espérons sincèrement que notre Académie inspirera la prochaine génération d’interprètes et d’amateurs de théâtre, que le Studio continuera de fournir un espace intimiste pour les jeunes talents prometteurs, et qu’un public montréalais diversifié et sans cesse croissant reconnaîtra le Centre Segal comme un lieu privilégié où faire l’expérience d’arts de la scène de première classe dans notre merveilleuse ville. Nos portes sont ouvertes, venez nous voir! »