home
page d'accueilHome
Théâtre Académie Studio Espace-cinéma et Hall d’Exposition
webEdition Default-Template   Accueil Théâtre
webEdition Default-Template   À l’affiche
  Saison actuelle
  Saisons passées
  Billets
  Programmes publics
  À propos du Théâtre
  Stages
  Bénévoles
  Espaces publicitaires
  Commanditaires
  Communiqués

 Pour s'y rendre  À propos du Centre  Contactez-nous

Communiqué

The Diary of Anne Frank
Septembre 2007

Théâtre de première classe

Le Théâtre Leanor et Alvin Segal
et BMO Banque de Montréal

présentent
The Diary of Anne Frank
De Frances Goodrich et Albert Hackett
Adaptation de Wendy Kesselman

Mise en scène de Marcia Kash
Du 14 octobre au 4 novembre 2007


« …Je crois encore, malgré tout, que les gens ont bon cœur dans le fond. » - Anne Frank


MONTRÉAL septembre 2007 - Le Théâtre Leanor et Alvin Segal est ravi d’inaugurer la saison de théâtre 2007-2008 avec cette œuvre importante et universelle. Cette puissante nouvelle adaptation pour une nouvelle génération dresse un portrait plus cru et plus authentique des événements que la version aseptisée originale de 1955.

The Diary of Anne Frank est un drame bouleversant fondé sur le légendaire journal d’une jeune fille juive qui vivait cachée des Nazis à Amsterdam pendant la Seconde Guerre mondiale. La famille Frank et ses amis proches, les Van Daans et le dentiste local, M. Dussel, sont forcés de passer 25 mois cachés dans les confins d’un grenier dissimulé dans l’annexe de pièces au-dessus du bureau d’Otto Frank. Après avoir été vendus aux Nazis, tous ont été arrêtés et déportés dans des camps de concentration. Anne Frank est décédée du typhus à Bergen-Belsen. Elle n’avait que 15 ans. Cependant, le fait de connaître sa fin tragique ne diminue en rien l’expérience que vivra le spectateur, qui pourra voir l’espoir animant ces personnages alors qu’ils luttent pour surmonter leurs épreuves tout en essayant d’éviter que les tensions du monde externe n’affectent leur monde actuel.

Le journal d’Anne Frank trahit une sagesse nettement supérieure à celle d’une personne de son âge, et son histoire dresse le portrait d’une jeune fille pleine de vie, émotionnelle et hautement talentueuse. Elle confronte sa vie bouleversée et l’horreur croissante de son époque avec une honnêteté, un esprit et une détermination remarquables. D’abord publié il y a 60 ans, son journal revêt aujourd’hui une toute nouvelle signification sociale. La metteuse en scène Marcia Kash a d’ailleurs déclaré, à propos de la façon dont nous confrontons les catastrophes actuelles : « Malheureusement, nous vivons dans un monde où nous luttons encore avec le racisme, les préjugés, la haine, la corruption, la cupidité et les abus de pouvoir. Malgré notre détermination à tirer des leçons de notre histoire, nous ne l’avons pas fait. Le monde évite toujours de s’impliquer à des moments pourtant critiques. Songez au Rwanda, au Darfour et à la Corée du Nord. » Cette pièce force les gens à comprendre que ces tragédies ne se sont pas seulement chiffrées en statistiques, mais qu’elles ont touché des personnes bien réelles.

The Diary of Anne Frank communique d’autres messages intemporels qui sont mis à l’avant-plan en raison de circonstances atténuantes. La pièce capte les réalités claustrophobes de la vie quotidienne de la famille – ses peurs, ses espoirs, ses rires et ses souffrances. Nous sommes témoins d’Anne découvrant sa sexualité, des tensions familiales et de toutes les situations normales dans la vie d’un adolescent. Chacun peut s’identifier avec quelqu’un dans cette pièce et s’imaginer dans de pareilles circonstances.

Le journal d’Anne Frank sauvé pendant la guerre par un ami de la famille, a été traduit en 67 langues et est l’un des livres les plus lus dans le monde.

Mme Kash est une metteuse en scène respectée dont la carrière s’échelonne d’un océan à l’autre au pays. Elle a récemment mis en scène la production du Segal de Tuesdays with Morrie. Elle est aussi une actrice et une dramaturge dont les œuvres sont produites sur la scène internationale (Who’s Under Where écrite avec Doug Hughes). La famille Frank est composée des acteurs suivants : Natasha Greenblatt (Anne), récemment diplômée de l’École nationale de théâtre du Canada, qui campe le rôle qu’elle rêvait de jouer depuis qu’elle avait lu ce livre, quand elle avait 11 ans; Sally Singal (Edith), qui s’est produite dans des théâtres partout au Canada, notamment en interprétant pour la première fois le rôle de Zhaboonigan Peterson dans The Rez Sisters de Tomson Highway, et trois saisons au Stratford Festival; Nicholas Rice (qui reprend son rôle d’Otto, Manitoba Theatre Centre), lequel est monté sur la scène locale pour les productions Jerusalem the Musical, Waiting for Godot et Oliver!, de même que dans la plupart des principaux théâtres du pays; et Susanna Fournier (Margot), une récente diplômée de l’École nationale de théâtre du Canada qui joue des rôles et qui écrit des pièces de théâtre depuis dix ans. Les autres personnages qui partagent le refuge de la famille Frank sont interprétés par les acteurs montréalais bien-aimés Felicia Shulman (Mme Van Daan), James Downing (M. Van Daan), Gianpaolo Venuta (Peter Van Daan) et Brian Wrench (M. Dussel). Les aides chrétiens sont joués par Tara Nicodemo (Miep Gies) et Marcel Jeannin (M. Kraler). Aussi en vedette : Ivan Peric et Alexander Gorchkov.

La talentueuse équipe de conception artistique qui recrée l’histoire comprend : le très créatif John C. Dinning (décor et accessoires); Elli Bunton, une costumière qui travaille pour la première fois avec le Segal; l’éclairagiste primé Luc Prairie; ainsi que John Bent, fils, et Kevin Tighe à la conception du son. La régisseuse générale est Luciana Burcheri.

Trois milliers d’élèves non-juifs ont déjà réservé des billets pour cette production.
« Pour les plus jeunes publics, cette pièce pourrait être une première exposition à l’Holocauste et pourrait constituer une expérience marquante dans leur vie. J’espère qu’elle éveillera leur compassion et leur curiosité sur ce sujet et qu’ils n’oublieront jamais cette expérience. J’espère qu’ils seront déterminés à faire une différence dans le monde, qu’ils seront constamment à l’affût des signes de préjugés – tant en eux-mêmes que dans le monde – et qu’ils s’efforceront sans relâche de les éradiquer. »
- La metteuse en scène Marcia Kash, sur l’importance de cette production pour les élèves

88.5 CBC Radio One est fière de présenter un Dimanche au Segal avec Yehudi Lindeman
Le dimanche 14 octobre à 11 h. Admission libre.
Joignez-vous à nous pour une autre saison de conversations intimistes et de conférences passionnantes. Avec la participation de Yehudi Lindeman, directeur de Living Testimonies, centre de recherche et de documentation sur l’Holocauste situé à Montréal. Son plus récent livre est Shards of Memory: Narratives of Holocaust Survival (2007).

Soirée Parole au public présentée par Pratt et Whitney Canada
Comme d’habitude, après la pièce, certains acteurs et membres de l’équipe artistique demeureront sur scène pour répondre aux questions du public. Les soirées Parole au public offrent aux spectateurs une occasion intimiste de dialoguer avec les personnalités qui présentent du théâtre professionnel anglais de première classe à Montréal.

BILLETS ET INFORMATION POUR LES MÉDIAS

Avant-premières :
Le 14 octobre 13 h 30
Les 15, 16 et 17 octobre 20 h

Dimanche au Segal :
Le 14 octobre 11 h

Soirée de première :
Le jeudi 18 octobre 20 h

À l’affiche :
Du 14 octobre au 4 novembre

Représentations :
Du lundi au jeudi 20 h
Samedi 20 h 30
Dimanche 19 h

Matinées :
Mercredis 13 h
Dimanches 14 h

Billetterie :
514 739-7944
Admission
514 790-1245
www.admission.com

Centre Segal des arts de la scène au Saidye
5170, chemin de la Côte-Sainte-Catherine

Marcia Kash – Metteuse en scène
Mme Kash a commencé sa carrière au Royal Court Theatre à Londres, en Angleterre, puis a interprété des rôles principaux au Royaume-Uni, au Canada et aux États-Unis. Elle est aussi une dramaturge dont les œuvres ont été produites à l’échelle mondiale, et elle compte 10 productions à son actif. Parmi ses expériences de mise en scène préférées : Charley’s Aunt, Blithe Spirit pour ATF; Rumors, Annie, The Sound of Music, The Price pour Neptune Theatre; Popcorn, Zadie’s Shoes pour ATP; The Diary of Anne Frank, Humble Boy pour MTC. Ses récents projets de mise en scène comprennent White Christmas pour Neptune et The Syringa Tree au MTC. Elle est heureuse d’être de retour au Segal, où elle a dernièrement mis en scène la production très courue de Tuesdays with Morrie.

Frances Goodrich et Albert Hackett - Dramaturges
Frances Goodrich est née en 1890 à Belleville, au New Jersey. Après avoir obtenu un diplôme de Vassar College en 1912, elle a fait ses débuts sur scène en 1913. Albert Hackett était le fils de l’actrice de théâtre Frances Hackett et le frère de l’acteur du cinéma muet Raymond Hackett. Il a étudié à la Professional Children's School à New York, sa ville natale, et a fait ses débuts dans le monde du spectacle comme enfant acteur en interprétant une petite fille dans Lottie, the Poor Saleslady (1906). Alors que la carrière de son frère allait bon train dans les années 1920, celle d’Albert Hackett a commencé à ralentir, et il a joué dans son dernier film, Whoopee!, en 1930. Il a rencontré Frances Goodrich vers la fin des années 1920 et ils se sont mariés en 1931. Leur premier scénario, Penthouse, écrit en 1933, a démontré leur habileté unique à mêler la comédie et le mélodrame. Le duo comptait parmi les équipes d’auteurs moins bien connues de Hollywood et détenait un contrat avec MGM quand la production de films américains battait son plein. On lui doit des classiques comme The Secret of Madame Blanche (1933), les deux premiers films Thin Man (pour lesquels ils ont été mis en nomination pour un Oscar au milieu des années 1930), It’s a Wonderful Life (1946) et Five Finger Exercise (1962). Ils ont collaboré avec les grands noms de l’époque, comme Frank Capra et Vincente Minnelli. Les films de Mme Goodrich et de M. Hackett sont de parfaits exemples du professionnalisme et de l’intérêt pour le grand public qui étaient caractéristiques des scénarios hollywoodiens à leur meilleur. Leur collaboration professionnelle était si naturelle que Mme Goodrich a déjà déclaré : « Chacun de nous écrit la même scène. » En 1956, ils ont remporté deux prix Tony pour The Diary of Anne Frank dans les catégories Meilleurs auteurs (drame) et Meilleure pièce, pour leur scénario.